11 février 2006

Le chant de Rossignol ...

J'attends le RER ...

Ca commence toujours comme ça l'histoire d'aujourd'hui qui devient demain et raconte déjà après-demain.

Mais ça commence comme ça si on continue comme ça.

"J'attends le Railway Electric Raider ... je ne sais pas s'il s'arrêtera à Yssi, c'est une petite station isolée du Val de Sènes. Parfois il passe en rugissant, fulminant pour rattraper le temps perdu à attendre ceux qui sinon tenteraient de s'agripper après. Mais lorsqu'il s'arrête, il y a un flot précipité d'Hommes-Corneilles qui s'en échappe pour voler vers des cages administratives. C'est ce qui fascinant ici, à Yssi, c'est le nombre de ces êtres dont chairs et tissus sont cousus ensembles pour correspondre aux normes des statuts énoncées par le règlement. Mais je me demande s'ils se rendent bien compte qu'il n'y a rien d'autre à Yssi que des vollières administratives, aussi creuses qu'un dé à coudre. Physiquement, si l'on supprimait les liaisons entre tous leurs atomes de vie on pourrait placer le contenu compressé dans ce même dé à coudre parce qu'eux comme moi et comme toutes choses nous sommes faits surtout de rien. Et de même que les atomes tiennent avec des forces magnétiques, tout ce flot garde sa cohésion grâce à une force sociale. Et comme la force sociale finit par être tellement abstraite à force de s'auto-entretennir et s'autojustifier, on revient à mon point de départ : Yssi est une petite station isolée de la vie puisqu'elle est entourée de volières qui s'emplissent surtout de rien le jour et se vident du peu de quelque chose pour lequel elles sont conçues, la nuit.

J'attends donc le Railway Electric Raider, et je suis un Homme-Rossignol : on remarque que je chante au début et puis par la suite on additionne ça aux bruits de fond. Alors finalement je chante mais je ne suis pas entendu. Et je chante pour rien, parce que le petit peu de tout qui subsiste ne me prète plus d'attention. C'est vexant et frustrant comme situation parce que tout les matins j'attends ici pour rejoindre une vollière administrative où je chante surtout pour rien parce que je persiste à croire en la richesse du petit peu de quelque chose qui m'entoure.

Il arrive, il vrombit, les Hommes-Corneilles se déversent, cédant la place à leurs semblables et je vais me coincer, Rossignol muet à masque de Corneille entre les Corneilles pour chanter sur une feuille de papier pendant que les Corneilles croassent dans leur tête.

Le soleil explose en supernova matinale, le RER s'enfile dans son goulot souterrain et mes paupières se referment sur des rêves laissés en plan : il est temps de retrouver le pays des Rossignols pour être frais à émerger chez les Corneilles pour quelques heures et leur mettre, imperceptiblement, un peu de chant de Rossignol dans la tête et le coeur ... pour quelques heures ...

En fait ça a commencé comme d'habitude et puis c'est devenu insolite : c'est mon chant de Rossignol ...


Posté par Songes à 01:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2006

Et si ...

Et si ce lieu n'avait ni queue ni tête ?

Et si mes mots ici n'étaient que des débordements de riens semés au petit bonheur la chance, comme des morceaux épars d'émotion capturés sur le moment et enjolivés par un brin de magie ...


Tous ces petits bouts de joie et ces morceaux de peines qui viennent se diluer dans le décors, bribes de vie sans lendemain ...

Alors pourquoi ne pas les capturer d'une plume fantaisiste, comme autant de lucioles déposés dans une lanterne, pour donner aux lueurs d'instants fugitifs une aura diffusée dans les mots ...

Certains s'offrent des Carnets de fées séchées alors pourquoi ne m'autoriserais-je pas pour ma part de décorer et encadrer des fragments de mes journées ?


Place à mes riens !

Un Songe facétieux



Posté par Songes à 01:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2005

Un Songe en exil ...

Le Songe repose un temps ses bagages en ces lieux, loin des regards mais toujours aussi près du coeur ...

Envie de distance, de silence, de la volupté des instants délivrés des jugements habituels et habitués ...

Pouvoir écrire sans coupes franches, livrer sans retenir, dépeindre dans un mouvement spontanné et non calculé ...

Ici j'ai envie de raconter des histoires, un peu comme ces contes d'un soir ...

Ces doux récits qu'on murmure aux enfants au coin du lit ...

Des petits bouts d'imagination qui ajoutent à chacun de mes jours une dimension,

Celle du rêve ...

 

Un Songe évadé ...

 

Posté par Songes à 15:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]